Comment ? Que ? Quoi ? Des commentaires ????
Mais oui cher visiteur adoré de mon coeur, tu peux écrire une petite bafouille sur mon blog, You did it, you did it !! Comme dirait la copine préférée de mon fils en se dandinant ....  (vous comprendrez un petit plus bas ... sinon c'est que vous êtes ignares en culture infantile)
Et pour ce faire, il te suffit de cliquer sur "commentaires" en bas de chaque billet. Cela semble tout simple comme ça, assez bête en somme, mais si je vous dis ça c'est que j'ai appris que certaines personnes l'ignoraient... à commencer par mon Chéri....

Donc ... hier soir ...

Rhôlala...  c'te blague ... "la suite plus tard" ...

Même pas fait exprès. Moi j'ai écrit cette petite phrase anodinement, pensant que personne ne la lirait, pensant revenir bien vite et reprendre le fil de mon billet.

En tout cas vous m'avez fait bien rire les filles !

Je suis sortie hier matin pour me prendre une saucée. Un truc à faire depuis longtemps, ça m'a pris d'un coup, subitement l'envie d'aller faire un tour. Quelle drôle d'idée ma pôve dame ! Il faut savoir que le temps ici est absolument magnifique. Quand on ajoute que dans mon quartier c'est mission impossible pour trouver une place où se garer, ce fut une idée fantastique. (et j'ai appris que bientôt je serai en plus obligée de payer pour la même galère...)  J'ai donc pris une giclée de pluie dans ma tête accompagnée d'une rafale de vent froid. Un pur bonheur ! Il parait que ce sont les giboulées de mars ...

Quand j'y pense, nous avons passé une semaine à la montagne, au départ pour faire du ski, mais sans la neige. (Cela devait être en option.) Et aujourd'hui je suis à ma fenêtre sans la montagne à regarder la neige tomber...

Et puis effectivement je suis allée faire connaissance avec ma première petite nièce. Un zoli petit sumo bébé de 4kg et des brouettes. Naaaaan, j'wiiiiiiigoleuh. C'est juste que moi j'ai fait des crevettes, alors les bébés joufflus je suis pas habituée... Elle est trop mimi, c'est la plus belle du monde, c'est notre Miss 2008 à nous. Depuis le temps qu'elle se fait attendre, elle s'est pomponnée pour arriver dans notre monde, la plus belle pour sortir ce soir .... (là notez le clin d'oeil à un méga tube planétaire ... c'est très fin)

Les deux cousins n'avaient d'yeux que pour elle. Les deux voulant la prendre dans leurs bras, lui faire une petite caresse. C'était trop mignon de voir Léo, ses deux petites mains ouvertes, bras à demi tendus, demandant si on pouvait lui donner le bébé. J'ai pourtant l'impression que le temps n'est pas si lointain où c'est ce même enfant que je posais dans les bras de son frère ...

Cette petite scène si attendrissante c'était juste avant le drame. Soudainement mon p'tit chou à la crème a émis le désir d'aller jouer. J'ai dit oui on va aller jouer mais là on est venu voir le bébé. Nan ze veux aller jouer à la maison. Point barre, sa petite voix monte d'un ton. L'enfant est déterminé et rien ne semble le calmer. La tension monte légèrement ... Je précise que pendant toute la durée de la scène aucun bébé ne fut réveillé. La petite n'a même pas soulevé une paupière, bien calée dans les bras de son père. (Rhô !! ça rime !)  Et pourtant j'ai eu droit aux larmes qui roulent sur les joues de l'enfant (attention, seconde référence musicale, ouh la la, j'suis en forme ce soir décidément !) aux petits pieds qui tapent le sol, et tout et tout, une petite colère en bonne et due forme. Au bout de quelques minutes, l'enfant malheureux me précise son désir : il veut aller zouer dans la maison de dora ... et il me montre même la porte de son petit index éploré. Sauf que j'ai pas de maison de dora chez moi ...
Et là c'est le déclic ! Je me rappelle de l'endroit où elle se trouve cette fameuse petite maison en plastique. Lors de notre passage dans une autre clinique, pour une opération qui n'a finalement pas eu lieu mais qu'il va bien falloir reprogrammer, il y avait bien une salle de jeux où elle y était, où il a joué et patienté, tout content d'y trouver sa copine Dora.

Nous avons fini par capituler, légèrement en sueur, devant l'angoisse de voir toute la maternité en ébullition et se faire virer à grands coups de pieds.... et sommes partis calmer l'enfant dehors, qui dès lors n'a même plus réclamé sa petite maison !!